Tout ce que vous devez savoir sur l'eveil au gout

Vous allez entrer dans la phase de la diversification alimentaire, et vous vous posez des questions : Comment l'initier au goût en respectant ses besoins spécifiques ? Que lui donner ? Quand ? Et sous quelle forme ?

Pas de panique ! Les maîtres mots ? Patience, déculpabilisation… et plaisir.


Pourquoi l'éveil au goût est-il si important ?

 

Si « nous sommes ce que nous mangeons » alors l'apprentissage du goût, sensation éminemment subjective, devient fondamental dans la construction du palais de nos enfants. C'est d'ailleurs au moment de la diversification alimentaire que tous les sens sont le plus en éveil. En effet, c'est entre 0 et 2 ans que l'on a le plus de papilles gustatives. Un bébé a ainsi deux fois plus de papilles gustatives qu'un adulte !

Or, si un bébé naît avec un équipement sensoriel sophistiqué, il n'en connaît pas le « mode d'emploi ». Ses parents doivent donc l'accompagner dans ses découvertes et éduquer ses petites papilles pour endiguer la néophobie à court terme, développer une palette de saveurs infinie à moyen terme et prévenir l'obésité, le diabète et l'hypertension à l'âge adulte.


La diversification alimentaire : mode d'emploi

 

L'éducation au goût doit idéalement débuter dès le début de la diversification alimentaire (entre les 4 mois et 6 mois). Cette période, qui dure jusqu'à 3 ans, est très importante dans l'évolution de votre enfant puisqu'elle va lui permettre de se façonner un répertoire alimentaire.


Quelles sont les différentes étapes de la diversification alimentaire ?

 

 

De 4 à 6 mois : Premières découvertes

 

Pendant cette période, le lait reste l'aliment de base.

 

Que puis-je lui donner ? : Commencer par introduire les aliments un à un, sous forme de purées de fruits ou de légumes tout seuls, pour pouvoir détecter d'éventuelles allergies.

 

Texture : lisse.

 

 

De 6 à 12 mois : Aventures et explorations

 

Le lait continue d'être plébiscité par votre enfant, qui a toujours besoin de 500 ml par jour.

 

Que puis-je lui donner ? : Les repas de votre bébé seront majoritairement constitués de légumes moulinés en purée, avec ajout de protéines - environ 20g par jour. Il est également possible de lui donner des produits laitiers (fromage et yaourt) ainsi que d'introduire du gluten, que l'on retrouve dans certaines céréales.

 

Texture : moulinée.

 

 

De 12 à 36 mois : Autonomie et affirmation

 

Si votre enfant fait des pas de plus en plus affirmés dans le monde des adultes, le lait reste une valeur sûre.

 

Que puis-je lui donner ? : Des légumes sous forme de purées associés à 30g de protéines par jour avec des morceaux de plus en plus gros. C'est le moment de partir à la découverte de nouvelles saveurs !
Attention toutefois à ne pas lui proposer la même nourriture que la vôtre, qui n'est pas forcément adaptée : les sucres vides, l'excès de matières grasses et de protéines sont ainsi strictement déconseillés.

 

Texture : Introduction des morceaux.

 

 


Retrouvez des produits bio pour bébé adaptés à chaque tranche d'âge

 

 

Repas bebe 4 mois Repas bebe 6 mois Repas bebe 12 mois

Nos astuces pour faire de la diversification alimentaire un moment plaisir

 

 

 

 

Misez sur la qualité... et la variété.



Créez une atmosphère propice à la dégustation. Goûtez avec lui, souriez, mettez des mots sur les sensations.

 

 

Mettez votre enfant en contact avec les légumes : jouer sur les textures, couper les légumes selon des formes rigolotes, toutes les idées créatives sont les bienvenues !

 

 

Armez-vous de patience : il ne faut pas décider trop vite qu'un bébé n'aime pas tel ou tel aliment. Ne le forcez pas inutilement, mais reproposez-lui une autre fois. Il faut parfois présenter un aliment jusqu'à 10 fois avant qu'il ne soit accepté.

 

 

 

 

Pourquoi le Bio ?

 

L'hyper sensibilité du bébé exige des aliments simples, faciles à digérer et de qualité. Les aliments issus de l'agriculture biologique sont ainsi les plus adaptés à la fragilité des bébés : les fruits et légumes bio contiennent en moyenne 30% d'eau en moins, leur assurant une densité et des qualités nutritionnelles plus importantes1.

Ils contiennent également plus d'antioxydants, moins d'additifs2 et permettent de réduire l'exposition aux pesticides (qui sont suspectés dans de nombreuses maladies chroniques, allergies, diabètes, voire dans l'apparition de cancers hormonaux-dépendants).

Ainsi, même si vous préparez des repas pour bébés faits maison, pensez à acheter des fruits et légumes bio !

 

"Si l'on est ce que l'on mange" alors n'avalons pas n'importe quoi !

 

1 La vérité si je mange bio, Thierry Farrayre, 2009, éditions Pygmalion
2 Etude Baranski, British Journal of Nutrition, 2014

 


Good Gout